Grandes figures du Carmel - Carmel in Burundi and Rwadna

Go to content

Main menu:

Grandes figures du Carmel

OCD Vocation > Animation vocationelle au Burundi et Rwanda

LES GRANDES FIGURES DU CARMEL

I. LA VIERGE MARIE NOTRE DAME  DU MONT CARMEL

Notre Dame du Carmel est l'un des divers noms de la  Vierge Marie . Sa dénomination procède du  lt Mont Carmel , en  Israël , un nom qui dérive de Karmel ou Al-Karem et que l'on pourrait traduire par jardin. Les premiers ermites, construisirent une chapelle en l'honneur de la sainte  Vierge Marie , et Lui portèrent une dévotion singulière. Ils la désignent rapidement comme sainte patronne.
Des Ordres religieux  Carmélites  existent aujourd'hui dans le monde, masculins et féminins, dédiés à  Notre Dame du Mont Carmel et qui se confient à sa protection maternelle.



 
II. SAINTE THERESE DE JESUS (1515-1584

Carmélite espagnole, maintenant docteur de l’Eglise, c’est elle qui a restauré l’ordre du carmel. « Le monde est en feu…Ce n’est pas l’heure de traiter avec Dieu d’affaires de peu d’importance » disait-elle. Fidèle à l’Evangile et la Règle primitive, elle veut le Carmel tout tendu vers la prière et la contemplation. Elle crée un genre de vie basée sur l’oraison, comme elle disait : «  Quant à ceux qui n’ont pas encore abordé l’oraison, je leur demande, pour l’amour de Dieu, de ne pas se  priver d’un si grand bien. Ici, rien à craindre et tout à espérer…Selon moi, l’oraison mentale n’est autre chose qu’une amitié intime, un entretien fréquent, seul à seul, avec celui dont nous nous savons aimés…Que rien ne te trouble, que rien ne t’étonne ; tout passe ; Dieu ne change point. La patience tout obtient, qui a Dieu rien ne lui manque, Dieu seul suffit. »




III. SAINT JEAN DE LA CROIX(1542-1591)
Bras droit de Sainte Thérèse dans la réforme des Carmes, Jean de la croix est le premier et le modèle carme thérésien. Il est la vraie image du carme qui a pour centre de toute sa vie le Christ qu’il suit sur l’étroit sentier de la montée mystique. «  Que l’âme s’applique sans cesse non à ce qui est facile, mais à ce qui est plus difficile, non à ce qui est repos, mais à ce qui donne du travail.

Non à rechercher ce qu’il y a de meilleur dans les choses, mais ce qu’il y a de pire, et à désirer entrer pour l’amour du Christ dans un dénouement total, un parfait détachement, une pauvreté absolue par rapport à ce qu’il y a dans le monde… Le  père céleste m’a dit qu’une seule Parole : c’est son Fils. Il la dit toujours et dans un silence  sans fin. C’est dans le silence de l’âme qu’elle se fait entendre »


IV. SAINTE THERESE DE L’ENFANT JESUS (1873-1897)


Sainte Thérèse de Lisieux est une Sainte du Temps moderne, elle est la vraie fille spirituelle de Thérèse de Jésus et de Jean de la croix. Elle a découvert la « petite voie » ou « l’ascenseur »  qui conduit à Dieu. «… Ma vocation, enfin je l’ai trouvée…Dans le cœur de l’Eglise ma Mère, je serais l’Amour… »

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus est véritable modèle de la simplicité, de l’humilité, de la foi, de la confiance et de l’abandon total qui sont des vertus de l’enfance spirituelle.

« La Sainteté n’est pas de telle ou telle pratique, la Sainteté consiste en une disposition du cœur qui nous rend humbles et petits entre les mains de Dieu, conscients de notre faiblesse et confiants jusqu’à l’audace en la bonté du Père. »




V. LA FIGURE D’ELIE AU CARMEL

Elie est compté parmi les grands prophètes de l’Ancien Testament. Le Carmel l’a pris comme inspirateur. Donc la Spiritualité Carmélitaine relève du Temps d’Elie. Ce brave prophète est du temps du roi Achab qui régnait sur Israël. C’était au 9e siècle avant Jésus.

Ce dernier avait épousé une fille du roi de Tyr (un royaume d’idolâtrie) Jésabel. Jésabel amènera avec elle, ses dieux, les Baals détestés, le Melkart, les Astarté aux serpents,…Et tous leurs prêtres, près de neuf cents ; nous raconte la Bible. Elie prophétisa contre ces idolâtries, il proclama un seul Dieu Tout Puissant dans ces paroles : « Il est vivant le Dieu devant qui je me tient » (1 R 17,1), « Je brûle d’un zèle jaloux pour Yahvé » (1 R19, 10). Cette dernière acclamation est devenu notre emblème.

Il pria Dieu devant les prophètes de Baal sur le Mont Carmel et sa prière  fut exaucée. C’est pourquoi nos premiers frères Carmes s’y installèrent au 13e siècle. Un Carme doit vivre à l’instar du prophète Elie pria Dieu et médita sa loi jour et nuit. Un Carme vit dans le silence et la solitude, s’appliqua à imiter Elie. Il contemple la face de Dieu et transmet par la suite la joie qui en découle.


Back to content | Back to main menu