Les Constructions - Carmel in Burundi and Rwadna

Go to content

Main menu:

Les Constructions

Carmelite Friars > Butare

Les constructions


Construire un couvent est facile à deux conditions: premièrement lorsqu’on a de l’argent dans la poche et, deuxièmement, lorsqu’on sait ce qu’il faudrait construire.  Dans le cas de la fondation de Butare toutes les deux conditions n’ont pas été remplies. C’est pourquoi, il nous faut un grand remerciement pour tous les frères qui se sont forcé, qui se sont donné pour que la maison ait la forme d’aujourd’hui. Le chaos décisif au début de la fondation de la part de Rome n’a pas beaucoup facilités le progrès des travaux. L’objectif de la maison a changé au cours des travaux deux fois. Ce qui bloquait certains fonds qui avaient été accordés.
Le père Provincial, dans sa première visite pastorale en juin 1986, a trouvé déjà construit : l’annexe en haut, le réfectoire avec la cuisine et la buanderie, le bâtiment d’actuelle maison des pères où on avait installé la chapelle (actuellement salle de récréation) et la petite salle de récréation (actuellement le Bureau).

Après le changement de la destination de la maison par le Définitoire Général, le Père Provincial avait recommandé de corriger les premiers plans de construction et de les revoir en vue des besoins d’une petite communauté. Il a aussi obligé la communauté à arranger rapidement la clôture. C’est juste le père Emilien qui se chargeait de planter autour de la parcelle de 3 hectare (1 kilomètre) les cyprès qui pendant 25 ans servaient comme clôture. C’est juste dans l’année jubilaire de 25 ans de la fondation qu’on avait coupé ces cyprès pour commencer la construction d’une clôture en briques, comme le visitateur provincial l’avait suggéré lors de sa visite en 2003.

En 1986, le lendemain de la profession solennelle de Père Cyrille, le frère Marcel a commencé de construire le célèbre four dans notre cuisine qui est devenu pour beaucoup de congrégations four de référence. En même temps les meubles pour les chambres ont été fabriqués par le frère Richard.

La chapelle actuelle commence à être construite au début de l’année 1988 et en même temps le bâtiment pour les frères en formation de notre Délégation (actuellement le bâtiment de maison de retraite). Au cours des travaux, un deuxième changement de la part des supérieurs arrive. Nous avons appris que la formation (noviciat) doit se faire au Congo. C’est juste pendant ces travaux commencés qu’on a cherché les solutions pour l’arranger aux besoins d’une petite maison de recueillement. Les travaux ont été achevés en mars 1989.

La statue de la Vierge Marie du Scapulaire qui est devant la chapelle a été trouvée en Italie par le Père Eugeniusz Morawski. Le crucifix de la chapelle amené par le Père Sylvain de Rome. Le tableau de la Vierge Marie est peint expressément pour cette chapelle par une sœur carmélite de l’Enfant Jésus de la Pologne.
Le parking en haut, les escaliers jusqu’en bas et le portail principale de la maison ont été effectué au mois de mai 1989. La barza actuel qui nous sert pour les fêtes aujourd’hui fut construit la même année 1989. Avant de construire le parking en haut, elle servait comme lieu de garer les voitures des visiteurs.

En avril 1991, on a construit le garage et l’atelier pour la communauté en haut, pour qu’on puisse les déplacer d’en bas, où aujourd’hui nous avons les chambres nr 18, 19, 20. Après avoir déplacé ce garage et l’atelier, on a mit là la bibliothèque et une salle de lecture, c’est un d’arrangement pour protéger le silence autour de maison de retraite.
Après l’année 1991, on trouve dans les chroniques que les constructions ont été stoppées pour six ans. Le Père Sylvain était parti pour les études en France, et en plus la guerre venait d’éclater. Je crois que ce sont des causes principales. Quand la situation s’est stabilisée, on a repris les travaux à partir de l’année 1997.

Après la guerre, le premier investissement considérable s’est réalisé en 1997. En voyant déjà claire les besoins de la maison de retraite et voyant claire l’objectif de la maison, on a complètement reconstruit le bâtiment de la maison de retraite. Ce changement a fait que le nombre de chambres pour les retraitants a doublé. En même temps, on a construit la grande salle pour 120 personnes avec la bibliothèque et un annexe-chambre pour le prédicateur. Pour prévenir à la carence d’eau, on a construit aussi un grand réservoir d’eau de 70 000 litres. Les travaux furent achevé, le 18 juillet 1997. La salle a été dédiée à la Sainte Thérèse de Lisieux et bénit par Monseigneur Rukamba, évêque de Butare. La statue de la Sainte est amenée par le Père Théophile de Rome où il avait participé aux cérémonies de proclamation de la Sainte, Docteur de l’Eglise. Il a y trouvé les bienfaiteurs pour cet achat.

Avec le recommencement de la formation à Butare après la guerre, premier noviciat en 1998, la Délégation prend la décision de construire un bâtiment pour le noviciat. La décision est prise le 4 janvier 1999. L’en envisageait que ce bâtiment pourra dans l’avenir, servir la maison de retraite au cas où le noviciat serait déplacé et séparé de la maison de retraite. Les travaux commencent le 21 janvier 2000 et s’achèvent le 20 juillet de la même année. Comme le souligne le chroniqueur, il n’y avait aucune fête à l’occasion d’entrer dans les bâtiments du nouveau noviciat. L’érection du noviciat avait lieu en 1990 Il a fallu donc 10 ans pour que le noviciat ait ses propres bâtiments. La nouvelle maison fut bénie le 21 janvier 2001 par le Père Provincial, Szczepan.

Le projet de noviciat exige aussi d’avoir les infrastructures adéquates. Les chambres ne suffissent pas. C’est pourquoi, en 2003, on commence la construction d’une salle approprié aux besoins de la formation, petite bibliothèque et lieu de récréation et une partie souterraine en vue d’activités sportives. Ce dernier bâtiment a été béni le 23 novembre, à la fête du Christ Roi, par le Père Wlodzimierz Tochmanski, visitateur provinciale. Pour économiser les fonds, on n’a pas engagé cette fois-ci aucun entrepreneur, c’est le Père Jean Malicki qui s’est chargé de suivre tous les travaux.

Avec le temps, la maison de retraite accueille de plus en plus des retraitants et on constate que les infrastructures : la cuisine, les réfectoires, les stocks, la buanderie ne sont plus suffisants par rapport aux besoins montants. C’est pourquoi, après avoir analysé toutes les options possibles pour la reconstruction, en janvier 2009, on commence le projet d’agrandissement de toute l’infrastructure. En même temps, nous avons senti la nécessité d’avoir une nouvelle salle pour les retraitants et pour l’école de prière. En mars, on a commencé à démolir les parties des anciens réfectoires, cuisines, buanderies, et des stocks. La salle à été dédié aux bienheureux parents Zelie et Louis Martin parce que c’est autour de la date de leur béatification que nous avons trouvé les fonds nécessaires pour la construire. La salle fut achevée en mai et les réfectoires à la veille de la retraite du 3 aout de la même année. Le 14 décembre à la fête de saint Jean de la Croix nous avons installé la croix dans le couloir principale d’extérieur de couvent entre la chapelle et les réfectoires. La bénédiction de la nouvelle salle et de toute cette reconstruction a été faite par le Père Provincial, Andrzej Ruszala, le 17 janvier 2010.
Le 4 janvier 2010 débutent des travaux de la construction de la clôture dont le projet date de 2003. Environ 700 mètres à bâtir. Dans l’année jubilaire de 25 ans de la fondation, on enlève des fameux cyprès dont beaucoup de personnes ont déjà une grande nostalgie. En même temps, à partir du mois de mai débute la construction de l’ermitage. Le mur de ce coté-là a été déjà achevé et le terrain sécurisé. Les deux travaux ont été réalisé à la fois pour pouvoir terminer avant la fête de Notre Dame du Carmel où nous avons fêté le début de l’année jubilaire de 25 ans de la présence des Carmes à Butare avec Monseigneur Filipe qui, aux cours de ces cérémonies, avait béni l’ermitage, Gethsémani, dédié à la Sainte Thérèse de Jésus.


Back to content | Back to main menu